Vos questions

Vos questions

Il ne s'agit pas réellement d'un « gouvernement », mais plutôt d'une « autorité légitime ». Il est démontré, et rappelé dans la proclamation, que le gouvernement actuel n'est pas légitime, la France se trouve donc SANS gouvernement.

C’est le constat de cette situation qui a forcé de simples citoyens à créer un « Conseil National de Transition », une solution légale admise internationalement qui permet à de simples citoyens de se proclamer en qualité d'autorité provisoire dont l'action majeure et essentielle consiste à permettre au peuple de créer sa constitution pour se doter d'un gouvernement légitime. Il est urgent de s'appuyer sur cette solution légale et d'exercer cette autorité.

POUR UNE FOIS, les Français ont vraiment le choix : maintenir les politiciens en place ou créer eux-mêmes un nouveau mode de gouvernance en appuyant ce Conseil National qui est déjà légitime par la situation, et sera donc appuyé par toutes les forces armées si les Français l'entérinent.

Jusqu'à la Proclamation officielle, les citoyens ayant préparé cette entreprise auraient pu être considérés comme des « insurgés » par le gouvernement actuel et sa justice « aux ordres ».

Depuis cette proclamation, en s’affichant publiquement, les membres de ce Conseil se déclarent citoyens français défendant officiellement un droit reconnu par un Président français (monsieur Sarkozy) et par les principales autorités internationales. Ce même droit a été ensuite employé par les Yéménites, puis par certains pays africains dont diverses tentatives sont en cours, et enfin par la France.

Nous nous affichons donc officiellement comme « revendiquant un juste droit reconnu internationalement ». C'est pourquoi nous avons déclaré simultanément cette proclamation aux principaux pays et auprès de l’ONU.

Avez-vous voté pour Manuel Valls, avez-vous voté pour Emmanuel Macron, Christine Taubira, Marisol Tourraine, et pour tous les autres…? Les connaissiez-vous avant qu'ils soient nommés ?! De quelle légitimité parlons-nous ?

Si vous lisez le texte de la proclamation tout y est expliqué : un gouvernement ne peut imposer sa loi contre la majorité des citoyens s'étant exprimés clairement et valablement. Cette situation est bien prévue par la constitution Française qui stipule très clairement que ce droit est "imprescriptible et inaliénable".

Or, en imposant de manière perfide le Traité constitutionnel européen sous le nom de «Traité de Lisbonne», et en bafouant ainsi ouvertement le refus clair et précis de près de 55% des Français, le gouvernement a proscrit la souveraineté du peuple. Dès lors qu'il n'y a pas de gouvernement légitime, toute entité ne représentant qu’une minorité qui prétend imposer sa loi sur le peuple "opprime" celui-ci. "L'oppression" est également prévue par notre Constitution qui considère que, dans ce cas, il est un "devoir" d'y résister.

La constitution n'a pas prévu sous quelle forme pouvait s'exercer cette résistance à l'oppression, mais monsieur Sarkozy l'a fait à propos de la Libye en créant une entité juridique spécialement adaptée à cette situation : le Conseil National de Transition. Entité reconnue ensuite par l'ensemble des pays du monde, entérinant définitivement sa validité juridique.

La légitimité effective à gouverner le pays pendant la période de transition étant donnée à ce Conseil par les Français eux-mêmes mobilisés pour l’appuyer, seule une manifestation massive du peuple en faveur des politiciens actuels serait en mesure de le désavouer, alors ce Conseil serait dissous.

Tous les Français sont invités à participer au Conseil National de Transition, c'est également ce qui fait du C.N.T.F le seul organe de gestion légitime de la nation, ouvert à tous et nous représentant tous.

La lecture du mode de fonctionnement devrait vous rassurer : la structure de ce Conseil, celle qui serait donc avalisé par le peuple mobilisé, est elle-même conçue pour interdire toute possibilité de ce genre.

De plus, il est inimaginable qu'après un tel élan populaire collectif un quelconque groupe puisse prendre le pouvoir du peuple enfin retrouvé ! Nous retournerions tous dans la rue, et ce, immédiatement !

Nous aussi nous ressentons cette trahison de la part de nos "élites" et des gouvernements successifs depuis des décennies. C'est justement pour cette raison que nous nous sommes engagés dans ce mouvement et que nous travaillons activement à sa réussite.

Rejoignez-nous à votre tour et comprenez que plus nous serons nombreux à être issus d'horizons divers, plus le mouvement sera incorruptible, chacun apportant cette garantie d'intégrité à son tour.

Pas du tout, le soleil se lèvera au matin du 15 juillet comme tous les jours.

Seule la classe politique incompétente et corrompue aura été démise de ses fonctions. Tous les services de l'Etat continueront de fonctionner normalement et tous les fonctionnaires garderont leur poste. Les élus locaux resteront en poste et seront invités à ouvrir les portes des mairies pour accueillir les groupes de travail citoyens qui seront créés pour débattre des sujets majeurs.

Souvenez-vous de la Belgique restée un an sans gouvernement ! Ce n'est pas le gouvernement qui fait marcher le pays : bien au contraire, il l'entrave.

Aucun dans ses structures, car toutes les institutions seront préservées. Le seul changement notable concerne la Présidence : le président ne peut plus déclencher une guerre comme il le souhaite. L'armée, comme les autres forces armées, passe sous la direction directe d'un Conseil du peuple, et ne dépend plus de dirigeants politiques.

La réponse est simple, et sûrement évidente pour tout le monde : est-il possible de faire pire que ceux qui nous dirigent ?

Néanmoins, le gouvernement provisoire fonctionnera avec l'appui et la participation d'experts sans coloration politique et ce, pour les différents domaines de gestion du pays. L'intérêt sera d'y avoir une représentation très diversifiée afin que les débats contradictoires puissent avoir lieu et aboutissent à des propositions concrètes qui seront proposées au Peuple de France.

La suspension n'est pas une mesure engageant des réformes, au contraire la suspension du paiement des intérêts de la dette illégitime et de cotisations européennes tout aussi illégitimes permettra de prendre le temps d'expliquer et d'auditer ces sujets si importants. La vérité doit être rétablie pour que les Français ensuite décident en conséquence.

Le C.N.T. ne décide pas d'annuler la dette ou de sortir de l'euro. Il suspend simplement les paiements le temps que le peuple choisisse ce qu'il veut. Et si le peuple estime qu'il doit payer la dette il la paiera, mais après consultation, donc referendum.

Quant au revenu universel, c'est notre argent à tous. Nous l'avons gagné collectivement. Nous ne le prenons pas aux riches pour le donner aux pauvres, ni aux entreprises pour le donner aux ménages. Nous suspendons le paiement d'intérêts (et autres) frauduleusement captés par le système financier international pour le rendre aux individus qui, eux, travaillent pour le gagner. Quoi de plus juste ?

(Cliquez ici pour lire l'article du Nouvel Observateur) Revenu universelle Nouvel Obs

Le Traité Transatlantique est reconnu par tous les experts comme extrêmement préjudiciable aux intérêts français et particulièrement dangereux pour notre santé puisqu'il ferait disparaître l'agriculture naturelle, principale richesse de notre pays, en la remplaçant par les OGM et l'élevage industriel; la reconnaissance par le peuple de ce Conseil National de Transition est donc le SEUL MOYEN pour les Français d'éviter ce qui serait une catastrophe nationale, car une fois reconnu, les traités et accords signés par un gouvernement illégitimes seraient caduques.

Il n'y a pas si longtemps, la Belgique est restée plusieurs mois sans gouvernement. Cela n'a pas empêché le pays de fonctionner. L'objectif n'est pas de mettre le pays à l'arrêt mais de suspendre un certain nombre de décisions préjudiciables aux citoyens français jusqu'à ce qu'une nouvelle constitution soit rédigée et permette aux Français de prendre eux-mêmes leurs décisions. Par ailleurs, les citoyens que nous sommes ne sont pas là pour « diriger », pour cela il y aura les experts de l’organe de gestion.

Changez de lectures ! Et comprenez que certains médias "alternatifs" n'existent que dans l'objectif de contrer les vrais mouvements et les actions justes pour, ainsi, semer la division.

Les personnes véritablement dangereuses sont à la tête des pays de ce monde et du système financier international. Elles décident des guerres, pillent les pays, détruisent nos libertés, nos acquis sociaux, notre planète et notre santé. N'est-ce-pas là que réside le "fascisme" ?

Comment un groupe de citoyens, tel que le nôtre, issu de tous horizons et de tous milieux, s'étant uni au-delà de ses différences pourrait-il être d'un extrême bord quel qu'il soit…?

Echangez votre journal avec le précédent nous traitant d'extrémistes de Droite !

Toute tentative d'apposer une étiquette à un groupe de citoyens d'origines aussi diverses est non seulement stupide, mais disqualifie immédiatement son auteur.

Comme pour les questions précédentes, il faut comprendre que pour maîtriser un peuple le "système" investit énormément dans sa propre concurrence. Il capte ainsi un nombre important de lecteurs en dénonçant les problèmes de notre société mais dans le même temps agit pour empêcher une grande union de tous contre lui.

Aucun média / blogueur / mouvement qui se serait intéressé concrètement à comprendre notre action ne peut la dénigrer ou rester en dehors. Le 14 juillet a été un excellent juge de paix quant à la vraie/fausse dissidence sur internet et les réseaux sociaux.

Si vous aviez entendu la proclamation du conseil au journal de 20h, le gouvernement serait déjà en fuite ! Pensez-vous que l'AFP et le CSA va vouloir confondre ses dirigeants ?

Aucun grand média n'est libre de s'exprimer sur un sujet de cette ampleur. Nous ne mettons pas en cause ici les journalistes en tant qu'individus. Notre seule chance en tant que peuple réside désormais dans internet, le bouche à oreille et les actions de terrains.

Effectivement, durant des siècles et dans tous les pays, on a toujours considéré que l'âge adulte commençait après l'adolescence. Les jeunes sont riches d'idées créatives et il serait dommage de construire le monde dans lequel ils vont vivre sans les y faire participer !

En revanche, compte tenu de leurs obligations scolaires, ils ne figureront pas dans le gouvernement (organe de gestion), mais seulement dans le conseil représentatif, donc lors des sessions de décisions qui se dérouleront en fin de semaine, hors période scolaire. Par ailleurs, il existe aujourd'hui des moyens de communication assez sophistiqués pour permettre une participation à distance...

Enfin, bien que nous prenions en compte le fait qu'ils soient représentatifs d'un « corps social », leur nombre ne pourra excéder 2 à 3 personnes, ce qui, sur plus de 2000, ne peut représenter une incidence importante.

Ceux, parmi les politiciens, qui sont honnêtes et ne craignent pas d'être impliqués dans des affaires sales après que la justice a été rétablie, seront bien sûr présents dans ce conseil. On ne peut donc s'attendre à ce qu'ils soient nombreux.

Ceux qui souhaiteraient participer à ce redressement de la Nation savent par avance qu'ils devront abandonner leurs concepts politiques pour s'adapter aux réalités, aux intérêts et aux exigences du peuple. Ils ne bénéficieront donc d'aucun privilège, d'aucune préséance : ils seront considérés exactement au même titre que tous les autres participants de ce Conseil.

La personne à laquelle vous faites allusion (Eric Fiorile) est à l'origine du mouvement. Il a été notre étincelle de par toutes les investigations qu'il mène depuis de nombreuses années et la vision systémique qu'il a pu apporter. C'est de cette façon qu'il nous a unis et réunis. Nous l'avons laissé porter beaucoup de sujets avec lesquels il était très à l'aise depuis longtemps, mais la situation a évolué, lui aussi et nous aussi.

Dans les actions à mener, un mouvement comme celui-ci a pour vocation de s'appuyer sur des groupes de compétences que nous nous développons activement, à l'image du "modèle" que nous proposons. Et enfin, pour ce qui est de faire vivre le Conseil National de Transition, nous demandons à tous les citoyens français de s'y investir. Les portes leur sont grandes ouvertes. Quant à Eric Fiorile, il a écrit un ouvrage entier (la démosophie) expliquant qu’il y aura toujours plus d’intelligence dans plusieurs têtes que dans une seule, et prônant un système de gouvernance humaniste, incorruptible et participatif… Il n’a manifestement pas changé d’avis, d’où ces groupes de compétences ouverts à tous.