Mandat d’arrêt

MANDAT D’ARRÊT pour haute trahison et atteinte à la sûreté de l’Etat

« Pour l’honneur, la patrie et le Droit »

Le Conseil National de Transition de France, représentant au minimum l’ensemble du peuple délaissé et trahi par le traité de Lisbonne (soit 54,67 % de la population française dépourvue de tout recours contre cette forfaiture), devenu autorité représentative, légitime et compétente de la Nation de par la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », délivre ce jour, vingt-huit juin deux mille seize, AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, un MANDAT D’ARRÊT concernant messieurs François Gérard Georges Nicolas HOLLANDE, né le douze août mille neuf cent cinquante-quatre à Rouen, fils de Georges Hollande et Nicole Tribert ; Nicolas Paul Stéphane SARKÖZY DE NAGY-BOCSA, né le vingt-huit janvier mille neuf cent cinquante-cinq à Paris 17ème, fils de Paul Sarközy de Nagy-Bocsa et Andrée Mallah ; Manuel Carlos VALLS GALFETTI, né le treize août mille neuf cent soixante-deux à Barcelone, fils de  Xavier Valls et Luisangela Galfetti ; ainsi que les autres personnes figurant dans la « déclaration des 200 » en annexe, dont il est avéré qu’elles ont participé activement à trahir la France et les droits fondamentaux et inaliénables des Français,  afin que ces personnes susmentionnées soient arrêtées et remises aux autorités pénitentiaires aux fins de l’exercice des poursuites judiciaires.

Pour exécution dudit mandat, nous mandons et ordonnons à tous officiers ou agents de la Force publique de rechercher, arrêter et conduire chacun de ces individus à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis pour être mis à la disposition de la justice.

Nature des faits incriminants : Haute trahison et atteinte à la sûreté de l’Etat

Infractions restant à déterminer et qualifier : participation à une ou plusieurs organisations criminelles, terrorisme, trafic illicite d’armes, de munitions et d’explosifs, éliminations extrajudiciaires, fraude et corruption. Cette liste sera complétée par les enquêteurs nationaux et internationaux diligentés par l’instruction qui s’adjoindront à l’investigation en cours pour “crimes contre l’humanité”.

Le présent mandat se rapporte également à la saisie et à la remise des objets et documents de toute nature qui peuvent servir de pièces à conviction, ainsi qu’à la saisie des objets et documents de toute nature acquis par les personnes recherchées du fait des infractions. Ces objets et documents seront recherchés depuis le premier jour de la délivrance du présent mandat sans restriction de durée à partir de ce jour.

Compte tenu du fait que ces individus disposent de nombreux complices dangereux et sont soupçonnés d’appartenir à des réseaux occultes ayant phagocyté plusieurs services des institutions nationales, il est expressément recommandé aux agents de la force publique d’intervenir en collaboration avec les services des forces armées de l’état, civiles ou militaires, respectueuses de l’état de Droit et fidèles à la Constitution.

Eu égard à l’exceptionnelle gravité des faits, une commission spéciale de plusieurs juges d’instruction, dont l’un au moins spécialisé en droit militaire, sera composée par le Conseil National de Transition de France qui prendra soin de vérifier pour chacun d’entre eux qu’il n’appartient à aucune secte pouvant être reliée aux réseaux semi-occultes auxquels appartient un grand nombre de ces individus.

Compte tenu d’une situation d’oppression renforcée par un « état d’urgence » à l’évidence destiné à museler le droit légitime, ce mandat est délivré le vingt-huit juin deux mille seize au nom du Peuple français représenté par ce Conseil National de Transition de France, soussigné par Eric Fiorile, dissident institutionnel,  en représentation de cette autorité légitime de France.

Pour que la Force serve la Justice, le Peuple et la Souveraineté de la Nation.